JUMyJUFCJTIwQXJlJTIwdmFoJTIwJTIxJTIwJUMyJUJC

[vc_column_text animation_loading="no" animation_loading_effects="fade_in"]

« Are vah ! » est une des expressions les plus usitées en Inde. Elle exprime l’étonnement, la stupéfaction ou la surprise. Cette interjection peut être traduite en français par «Ça alors !», «Oh putain !», «Wouah !», «Bravo !»… Les intervenants du documentaire donnent leur version d’« Are vah ! » :

[/vc_column_text]

MjAyMg==

[vc_column_text animation_loading="no" animation_loading_effects="fade_in"]

2022 est l’année de livraison du premier réacteur EPR indien. Selon Areva, la construction devrait démarrer en 2017. Il faudrait un minimum de cinq ans pour achever le chantier. Mais ces dates ne cessent de reculer. Pendant ce temps, nous sommes allés plusieurs fois sur ces terres prédestinées avec la difficulté de parler d’un ouvrage seulement à l’état de projet, invisible. La version interactive du documentaire Are Vah ! part de cette frustration. Visualiser la centrale de Jaitapur était devenu un fantasme.

[/vc_column_text]

VklSVFVFTA==

[vc_column_text animation_loading="no" animation_loading_effects="fade_in"]

Are Vah ! est une «mise en scène» du site de Jaitapur. En décidant d’imaginer ce que serait Jaitapur en 2022, nous faisons le choix de nous écarter quelque peu de la réalité, et de l’inventer. Dessiner cet espace virtuel, c’est créer un univers permettant de mieux appréhender le projet de Jaitapur dans son environnement. Tous les décors du webdoc sont librement inspirés de la réalité, notamment en ce qui concerne le réacteur EPR.

[/vc_column_text]

U0MlQzMlODlOQVJJTw==

[vc_column_text animation_loading="no" animation_loading_effects="fade_in"]

Au fil de la visite virtuelle, vous découvrez des contenus (vidéos, animations, infographies, cartes) Ces contenus vous apportent des pastilles d’uranium. Elles vous seront nécessaires pour accéder à la salle des commandes de la centrale et charger le réacteur en combustible. Le réacteur attend son chargement. Démarrer ou démanteler la centrale, dire oui ou non à ce projet franco- indien… à vous de choisir.

[/vc_column_text]

Q09OVEVYVEU=

[vc_column_text animation_loading="no" animation_loading_effects="fade_in"]

En 2008, l’Inde jusqu’alors isolée sur la scène internationale nucléaire signe un pacte historique : l’accord nucléaire indo-américain. Elle est propulsée sur le marché du nucléaire civil, mais en contrepartie, elle s’engage à acheter des réacteurs d’une puissance équivalente à 40 000 mégawatts à la France, la Russie et les États-Unis.

La France a donc signé un accord-cadre pour la vente de deux premiers EPR à l’Inde. À terme, il est prévu la construction de 6 réacteurs EPR sur un seul site, Jaitapur.

La future centrale est controversée en Inde. La technologie EPR n’a jamais fait ses preuves dans le monde, et les opposants critiquent la réelle nécessité du projet. Les justifications sont géopolitiques avant d’être scientifiques. À proximité du site choisi, 10 000 personnes vivent de la pêche et de la production de mangues, exportées dans le monde entier. Selon des géologues indépendants, le site choisi n’est pas exempt de risques sismiques. Enfin, le coût de l’EPR est le principal frein aux négociations entre les deux pays.

La vente de réacteurs EPR est déterminante pour l’industrie nucléaire française. La « renaissance nucléaire » dépend de cette technologie « Made in France ». Le contrat du projet de Jaitapur sera le plus gros jamais signé dans l’histoire de l’Inde. En avril 2014, Narendra Modi, chef du parti nationaliste hindou BJP, devient Premier Ministre indien. Quelle sera la politique énergétique de cette nouvelle droite ?

[/vc_column_text]

QVJFJTIwVkFIJTIwJTIxJTIwQyUyN2VzdCUyMGF1c3NpJTIwJTNB

[vc_column_text animation_loading="no" animation_loading_effects="fade_in"]
– Un documentaire linéaire de 72 min
– Un documentaire TV de 52 min
– Un article long format, par Sarah Irion
– Un reportage photographique, par Micha Patault
[/vc_column_text]